Je m’appelle Melvin Flores. Je suis un biologiste guatémaltèque, ambassadeur de la jeunesse pour le WWF Mésoamérique, membre de Global Youth Action Team (GYAT). Du plus loin que je m’en souvienne, je me suis toujours intéressé à la conservation de l’environnement. Toutes les activités auxquelles je me suis adonné pour promouvoir l’éducation à l’environnement m’ont mené où je suis aujourd’hui. Le GYAT est un groupe de 12 jeunes de 20 à 30 ans, de différentes régions géographiques, qui se font les champions de la nature et de la participation de la jeunesse à la prise de décisions relatives à la sauvegarde de notre planète.

Le GYAT fonctionne comme une plateforme, donnant la parole aux jeunes de très nombreux pays et faisant connaître les divers projets conçus par la jeunesse du monde entier pour atténuer l’empreinte des êtres humains sur l’environnement, donner l’exemple à toutes les générations et laisser une planète meilleure à nos descendants.

Au GYAT, nous considérons extrêmement important que le monde entier sache à quel point les zones humides sont vitales pour la santé des écosystèmes, les milliers d’espèces de plantes, d’animaux et de champignons qui y vivent, et pour notre propre santé et notre bien-être. C’est pourquoi, dans certains ateliers d’éducation à l’environnement du GYAT nous insistons sur la conservation des zones humides et nous expliquons les actions que nous menons, chacun dans son pays, pour prendre soin de ces écosystèmes.

Les amphibiens et les reptiles qui, dans leur majorité sont des indicateurs de la qualité de l’eau et de l’écosystème en général, illustrent clairement toute la diversité abritée dans les zones humides. Le Refugio de Vida Silvestre Bocas del Polochic, dans le département d’Izabal, est un des sept Sites Ramsar du Guatemala. On peut y observer des grenouilles de verre (Hyalinobatrachium viridissimum) et même leurs œufs posés sur des feuilles au bord des rivières.

Dans certaines zones humides du Guatemala on trouve aussi des espèces de serpents semi-arboricoles et diurnes comme Leptophis ahaetulla.

Les zones humides sont importantes, non seulement pour la préservation des écosystèmes mais aussi pour le maintien des services écosystémiques qu’elles offrent : les ressources hydriques, la rétention et le stockage de l’eau, l’écotourisme, les activités de loisirs, leur fonctionnement en tant qu’éponges ou filtres qui éliminent les substances toxiques de l’eau, entre autres.

Nous avons le devoir de conserver les zones humides et de faire savoir à la société qu’il est important d’en prendre soin. Nous ne pouvons permettre qu’elles disparaissent, qu’elles soient contaminées, affectées à d’autres usages et détruites. Notre avenir et celui de toutes les espèces qui y vivent dépend des mesures que nous prenons aujourd’hui.